Couper vos élévateurs pourrait vous sauvez la vie

Texte original par Matt Gerdes et traduction par Roch Malnuit.

Comment vous libérez de votre parachute de BASE ?
Les voiles de BASE, en règle générale, ne se libèrent pas en cas de dysfonctionnement. Mais il y a des cas où nous voulons nous séparer de notre voile et/ou de tout notre parachute au complet, et rapidement. Cela peut être vital, ou peut-être menacer votre liberté, ou parfois vous devez peut-être simplement le faire. C’est bien d’avoir un plan en tête sur comment vous libérer de votre équipement.

Il existe deux types d’élévateurs couramment utilisés en BASE jump pour connecter le conteneur à la voile : les élévateurs cousus et intégrés au harnais ou les élévateurs 3 anneaux. D’autres types de montages existent, mais généralement votre harnais rentre dans l’une des deux catégories: soit il se libère, soit il ne se libère pas.
Nous avons déjà discuté des limites du système à 3 anneaux en BASE, dans cet article, que nous vous recommandons de lire en premier si vous utilisez ou envisagez un système 3 anneaux.

Élévateurs cousus : avantages  / inconvénients
Plus résistant que les 3 anneaux
Moins de défaillance possible
Maintenance réduite
Pas de libération rapide

Élévateurs 3 anneaux : avantages / inconvénients
Libération rapide
Plus simple pour changer la voile
Maintenance supérieure
Pas si résistant 

La comparaison se résume principalement à la simplicité par rapport à la commodité. Les élévateurs cousus sont plus solides, mais pas aussi faciles à s’en libérer. Par exemple, la sangle en Dyneema utilisée dans les CRUX et les STREAM ont une résistance à la rupture de plus de 3 tonnes, et vous en avez deux de par côté du harnais, tandis que la plupart des élévateurs à 3 anneaux de type 8 seront en rupture lors de la plage de test entre 2 et 2,2 tonnes maximum, à l’état neuf.

Si vous avez choisi des élévateurs cousus, le plan pour vous séparer de votre équipement lorsque vous en avez besoin est un bon coupe-suspente.
Mais cette action n’est pas aussi simple que de couper un bout de fromage. Une réflexion générale en BASE est « où je vais couper mon parachute ? » en cas d’urgence. L’une des situations les plus mortelles et des plus courantes est un atterrissage dans l’eau, en particulier si l’eau est en mouvement ou très froide. Dans cette situation, il est impératif de vous séparer ou de vous dégager de votre équipement avec rapidité, en étant correctement préparé. Nous avons entendu de nombreux base jumpers dire : « Coupez vos connexions souples », généralement parce que le matériel est relativement cher et que les liens souples sont plus faciles à couper.

Mais les liens souples sont petits et difficiles d’accès en cas d’urgence. Fabriqués à partir de Dyneema tressé à haute résistance (Spectra), ils ne sont pas faciles à couper, même avec un bon coupe-suspente, et même sous tension. Deuxièmement, il y en a 4 et situés tout au bout de vos élévateurs, ils peuvent parfois être assez espacés entre eux. De plus, ils ne sont pas faciles à atteindre ! Le point idéal, situé sur le côté de l’élévateur et entre les suspentes et la sangle de l’élévateur, mesure moins de 3 cm de large. Enfin, certains coupe-suspente n’ont même pas une ouverture suffisamment large pour couper un lien souple assemblé, vérifiez le vôtre avant d’en avoir besoin.

Lorsque vous ajoutez toutes ces caractéristiques puis commencez à vous noyer dans l’eau, sectionner les maillons souples n’est évidemment pas un excellent plan. Nous sommes certains que la personne qui vous a conseillé ne s’est jamais réellement trouvée dans cette situation. Elle était probablement bien au chaud dans son canapé et pensait principalement au coût d’un nouveau harnais.
En cas d’urgence, nous pensons que la meilleure idée est de couper vos élévateurs juste au-dessus de l’épaule et si possible deux par deux.

Mais attendez, les harnais coûtent cher ! Si vous coupez vos élévateurs SQUIRREL dans une situation d’urgence, nous remplacerons votre harnais gratuitement. Nous vous demandons seulement de nous expliquer ce qui s’est passé et ce que vous avez appris. La dernière chose que nous voulons, c’est que nos clients ne laissent pas le coût d’un harnais influencer des décisions vitales liées à leur sécurité.

3 anneaux : en cas d’urgence, vous n’avez qu’à trouver la poignée, de tirer dessus et la voile se déconnecte. En ce qui concerne la libération, les 3 anneaux gagnent.

Élévateurs cousus : avec les élévateurs cousus, vous aurez besoin d’un coupe-suspente. La question est : « qu’est-ce qu’il faut couper ? »

Coupe-suspente sur les élévateurs : vous avez trois actions à faire, trouver le coupe-suspente et les deux groupes d’élévateurs. Vous pouvez couper les élévateurs avant et arrière ensemble de chaque côté, juste au-dessus de votre épaule.

Coupe-suspente sur les maillons souples : vous avez cinq actions à faire : trouver le coupe-suspente et les quatre maillons souples, et ce sont des cibles plus petites et plus éloignées. Rappelez-vous, si vous manquez un maillon souple sur les quatre, ou que votre coupe-suspente finit bourré de fibres en Spectra en coupant les trois autres, vous finirez noyez ! N’oubliez pas : si vous sautez glisseur haut, ou avec vos commandes à l’intérieur du glisseur en mode glisseur bas, vous devrez également couper vos lignes de frein. Cela porte le total des coupes à sept.

Le problème suivant est celui des matériaux, votre coupe-suspente contre votre équipement.
Dans le scénario idéal avec un coupe-suspente ci-dessus, vous coupez à travers deux élévateurs en même temps. Vos élévateurs seront fabriqués à partir de l’un des deux types de matière : en Nylon de type-8 ou d’un mélange de Dyneema.

Couper à travers une double couche de l’un ou l’autre des matériaux peut être facile à faire deux fois avec le même coupe-suspente, ou impossible, selon la qualité du coupe-suspente que vous utilisez et la façon dont vous l’utilisez.
J’espère que vous avez un coupe-suspente de bonne qualité avec une double lame.

Les petits coupe-suspente en plastique et les modèles à lame unique bons marché pourraient ne pas durer assez longtemps pour que vous puissiez passer à travers votre deuxième jeu d’élévateur. Votre coupe-suspente ne doit pas déjà avoir été utilisé. Si c’est le cas ou qu’il est dans un autre état que complètement neuf, remplacez-le ou remplacez les lames au minimum.

Prenez votre coupe-suspente de bonne qualité et coupez au-dessus de votre épaule, dans une direction légèrement en diagonale. En accrochant l’élévateur avec un angle en diagonale et en le coupant, cela donne une tension naturelle. Si vos élévateurs sont chargés et que vous êtes traîné ou tiré, l’angle est moins critique, car les élévateurs seront tendus. Mais s’il n’y a pas de tension, couper en biais aidera. Si nécessaire, donnez de la tension sur l’élévateur (loin de vous) d’une main, tout en coupant de l’autre main.
Essayez d’attraper les deux groupes d’élévateurs à la fois, l’idée est de faire une action rapide et unique : un coupe-suspente et deux groupes d’élévateurs.

Cela vaut la peine de pratiquer cette technique sur de la sangle à partir de laquelle votre harnais est fabriqué. Si vous le faites, vous constaterez que les coupes suspentes peuvent avoir une durée de vie très courte. Les lames peuvent se boucher avec des fibres, elles s’émoussent rapidement dans certains cas, et couper le deuxième jeu d’élévateurs peut être plus difficile, même avec un coupe-suspente neuf.

Si vos élévateurs sont inaccessibles (c’est-à-dire derrière vous), n’oubliez pas que vous avez d’autres options. Couper les deux sangles de jambe près de la boucle vous permettra de glisser vers l’extérieur et vers le bas. Selon l’ajustement, le type et les réglages de votre harnais, vous devrez peut-être également couper votre sangle de poitrine. Cela porte le nombre total d’actions à quatre : trouver le coupe-suspente et couper trois sangles. Mais si vos élévateurs sont inaccessibles, c’est une meilleure option que la noyade.

Par expérience : il est très difficile de couper les sangles des cuisses de harnais à l’aide d’un coupe-suspente tout en nageant dans l’eau. Il est difficile de viser le bord de la sangle, car le rembourrage des cuissardes et le surplus de sangle issu du réglage des cuissardes rendent l’accès délicat, et il est très difficile de voir ce que vous faites sans lunettes de natation. Si votre harnais est correctement ajusté la boucle et le rembourrage rendent l’espace pour couper assez restreint. Bref, c’est une mauvaise situation. Faites ce que vous pouvez pour garder vos élévateurs devant vous, et accessibles, en cas d’amerrissage.

En cas d’amerrissage forcé dans l’eau, essayez de couper ou de défaire votre sangle de poitrine tout en restant sous la voile. N’hésitez jamais à couper n’importe quelle partie de votre harnais, car si l’eau est en mouvement ou froide, vous êtes vraiment en danger.